Le SNARF, le syndicat qui vous informe...

Le SNARF, le syndicat qui vous conseille...

Le SNARF, le syndicat qui vous défend...

Venez rejoindre LE syndicat des anesthésistes
et réanimateurs de France.

Communiqué du CNPAR

publié le 19-06-2019

« Petite chirurgie » en hôpital de proximité ? Les anesthésistes-réanimateurs alertent sur les risques portés par le patient ! Le communiqué ici


La loi relative à l’organisation et à la transformation du système de santé, en cours d’examen au Sénat, prévoit la création d’hôpitaux de proximité. Ceux-ci seront dépourvus de plateau technique permettant une activité de chirurgie, d’obstétrique et requérant une prise en charge anesthésique.

Un amendement gouvernemental adopté en séance et confirmé par le Sénat autorise, « à titre dérogatoire…un hôpital de proximité, sur décision du directeur général de l’agence régionale de santé » à pratiquer certains actes chirurgicaux.

Les anesthésistes-réanimateurs attirent l’attention de la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS) sur l’importance que ces gestes, s’ils peuvent être réalisés en hôpital de proximité public ou privé, soient réalisés sous technique d’anesthésie locale exclusive.

Toute autre anesthésie, quelle qu’en soit la modalité, est réglementée par le Décret n° 94-1050 du 5 décembre 1994, exposerait chaque patient à un risque inconsidéré. Si l’application de ce décret a permis de diviser par 10 la mortalité péri-anesthésique en une génération, la garantie sécuritaire du parcours d’anesthésie en est l’élément central. Ainsi la présence d’une équipe d’anesthésie-réanimation (comprenant des anesthésistes-réanimateurs en nombre suffisant sans recours à l’intérim, et des infirmiers-anesthésistes travaillant sous l’autorité exclusive de ces derniers) permettant la prise en charge péri-opératoire de ces patients, en particulier en cas de complication aiguë, sont indissociables du concept de qualité des soins.

Toute proposition, même dérogatoire, de réaliser des anesthésies dans un environnement qui ne s’y prête pas, exposerait la population, les professionnels de santé et les établissements de santé à un risque qu’il ne serait pas légitime de leur faire porter.

Les anesthésistes-réanimateurs alertent donc Madame la Ministre de la Santé et des Solidarités ainsi que la DGOS, sur le risque associé à la réalisation d’anesthésies hors des plateaux techniques et demandent que cette hypothèse de travail soit retirée.

   

NOS PARTENAIRES

BRANCHET L'assurance des médecins

Installation
Cession
Demande de remplacement
Offre de remplacement
Divers

Copyright © 2011 SNARF | conception web : OGM Interactive