Le SNARF, le syndicat qui vous informe...

Le SNARF, le syndicat qui vous conseille...

Le SNARF, le syndicat qui vous défend...

Venez rejoindre LE syndicat des anesthésistes
et réanimateurs de France.

Augmentations de mai, rien pour les médecins spécialistes !

publié le 16-05-2017

La consultation des médecins généralistes a été augmentée au 1er mai et passe ainsi à 25 €, cette augmentation, pourtant loin de valoriser l’acte médical à sa vraie valeur, a tout de même eu pour but d’exclure les médecins spécialistes. En effet le C ainsi que le Cs restent au tarif de 23 €. La CNAM et les syndicats signataires de la convention, le Bloc, la FMF, et MGF ont fait le choix  de créer une nouvelle lettre clé, MMG, réservée aux seuls médecins généralistes secteur 1.

Ainsi les médecins spécialistes, quel que soit leur secteur d’activité, ne peuvent bénéficier d’aucune augmentation, ni sur le C2 qui reste bloqué à 46 € ni sur la tarification de la consultation journalière en établissement de soin qui reste à 0,8 C.

Nous noterons donc que la consultation du médecin spécialiste n’a pas bougé depuis 2006 où, pour faciliter le travail des caisses d’assurance maladie, une augmentation de 0,13 € avait permis d’arrondir à 23 € un tarif de consultation qui n’avait pas été réévalué depuis plus de 10 ans. Il est ainsi inférieur de 2 € à la consultation de médecine générale. Mais ce type d’exclusion n’est pas nouveau, nous pouvons rappeler que le modificateur de nuit pour les actes effectués de 20 h à 0h est inférieur pour les médecins anesthésistes-réanimateurs à celui des médecins généralistes et à celui de sages-femmes : c’est logique, les anesthésistes-réanimateurs sont dérangés plus souvent, ils ont donc l’habitude et leur sommeil a moins de valeur !

Le SNARF s’est opposé à la signature de cette convention inique. Les syndicats signataires sont complices d’une dévalorisation continue de la médecine spécialisée. Aucun des points que nous avions demandés lors de la négociation conventionnelle (réévaluation du point travail, du coût de la pratique, ouverture d’un espace de liberté tarifaire) n’ont été obtenus. Quant aux augmentations hypothétiques qui seraient prévues dans plus de 6 mois, elles risquent d’être retardées si le Comité d’alerte signifie le dépassement de l’ONDAM.

Les anesthésistes-réanimateurs ne remercient pas le Bloc ! 

Le SNARF, seul syndicat qui défend les anesthésistes réanimateurs sans compromission, continuera à dénoncer le mépris de nos institutions pour l’expertise de la médecine spécialisée.


Êtes-vous favorable à la signature du texte conventionnel proposé aux syndicats, véritable prolongement contractuel de la Loi Santé ?

Oui
Non
NSP

Voir le résultat

Installation
Cession
Demande de remplacement
Offre de remplacement
Divers

Copyright © 2011 SNARF | conception web : OGM Interactive