Le SNARF, le syndicat qui vous informe...

Le SNARF, le syndicat qui vous conseille...

Le SNARF, le syndicat qui vous défend...

Venez rejoindre LE syndicat des anesthésistes
et réanimateurs de France.

Prescription médicamenteuse lors de l’hospitalisation : par qui et comment

publié le 24-05-2016

La confusion entre pré-saisie, acte non médical qui peut être effectué par des paramédicaux ou des secrétaires et la prescription médicale est une source croissante de difficultés entre médecins et établissements. Des erreurs d’interprétation d’experts visiteurs de la HAS permettent d’étayer le  discours des établissements qui tentent ainsi de transférer la charge de cette pré saisie des IDE aux médecins. La procédure décrite ci dessous propose une organisation simple, parfaitement réglementaire, qui permet d’optimiser le temps et de maintenir chaque intervenant dans sa fonction.

- Le chirurgien est le premier à voir le patient et à prendre connaissance de son traitement.

Il doit être noté dans le dossier et en cas de complexité faire l’objet de demande de renseignements auprès des médecins du patient.

- Lors de la CPA, l’AR prend connaissance du traitement, l’implémente  dans son dossier et peut  modifier les médicaments susceptibles d’interférer avec l’anesthésie et /ou,  par exemple , le risque hémorragique. Il devient responsable de cette modification. Cette nouvelle prescription ainsi qu’une éventuelle prémédication sont  transmises aux IDE lors de l’admission du patient.

- A son entrée, le patient amène l’ordonnance de son médecin traitant ainsi que la prescription éventuelle de l’AR.

L’IDE effectue une pré saisie de l’ensemble du traitement dans le dossier du patient.

Ce dernier ne pourra apparaître dans le plan de soins et donner lieu à dispensation qu’après validation par la signature informatique du  chirurgien ou de l’AR

- Cette validation peut se faire lors du 3° temps de la check list en cas de chirurgie à séjour bref.

La démarche est simple et le serait encore davantage si nous disposions d’un outil informatique commun ou communiquant qui suivrait le patient des consultations à l’hospitalisation.

Le récent texte de la HAS , co écrit avec la SFAR , le CFAR et l’ensemble des spécialités chirurgicales,  va  dans ce sens et devrait favoriser l’apparition d’outils informatiques communicants .

D’autant  plus que les  réponses apportées aux 15 questions clés rentreront dans la grille de certification des plus établissements.

 Références : 

1- Etats Généraux de l’Anesthésie-Réanimation (EGAR)

Juin 2010  

 http://sfar.org/wp-content/uploads/2016/02/EGARdonnesprincipales1.pdf

 

2- SFAR, Modalités de prescription du traitement habituel du patient hospitalisé
Mis en ligne le 27 Octobre 2014

 

Texte validé par le Conseil d’administration de la SFAR

 
Conformément à l’article l'
article R. 5121-91 du code de la santé publique, la prescription est un acte médical qui engage la responsabilité du prescripteur. L’article 13 de l’arrêté du 6 avril 2011 relatif au « management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse et aux médicaments dans les établissements de santé » précise les modalités de prescription du traitement d’un patient lors de son hospitalisation (http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000023865866&dateTexte=&categorieLien=id).

La Comité Vie Professionnelle de la SFAR souhaiterait rappeler quelques points de vigilance et apporter des précisions pratiques pour la gestion quotidienne du traitement personnel du patient, « afin d'assurer la continuité des soins et de garantir la sécurité du patient. »
 

Qui prescrit le traitement personnel du patient ?


Par « traitement personnel du patient », on entend « l’ensemble des traitements médicamenteux en cours au moment de l'admission du patient ».
Dans la phase pré- et postopératoire, la prescription du traitement personnel du patient hospitalisé peut être réalisée par l’anesthésiste, le chirurgien, ou un autre médecin du service selon le partage local des champs d’activité.
Le Comité Vie Professionnelle encourage les praticiens à définir la répartition de cette tâche entre les divers médecins concernés, par une charte de service en s’appuyant sur le texte du Conseil National de l’Ordre des Médecins de 2001 relatif aux « Recommandations concernant les relations entre anesthésistes-réanimateurs et chirurgiens, autres spécialistes ou professionnels de santé » (
http://www.conseil-national.medecin.fr/sites/default/files/anesth.pdf) et sur les réflexions rapportées lors des États Généraux de l’Anesthésie-Réanimation en 2010 :
http://www.sfar.org/_docs/articles/EGARdonnesprincipales1.pdf
 

Comment établir le contenu de la prescription préopératoire ?


La prescription s’appuie sur l’ordonnance des traitements chroniques habituellement rédigée par le médecin traitant. Un exemplaire de cette ordonnance doit être disponible lors des consultations (chirurgicale et anesthésique), ainsi que pour l’hospitalisation. Il convient donc de veiller à en informer le patient en amont des différentes consultations préopératoires, dès la prise de rendez-vous.
Les modifications préopératoires du traitement personnel sont guidées par diverses recommandations : « la gestion périopératoire des traitements chroniques » de 2009 (RFE SFAR) (
http://www.sfar.org/article/150/ gestion-perioperatoire-des-traitements-chroniques-et-dispositifs-medicaux-rfe-2009), des AVK (http://www.sfar.org/_docs/articles/183-recommandationAVK-HAS.pdf), des anticoagulants oraux directs (http://www.sfar.org/accueil/article/38/agents-antiplaquettaires-et-periode-perioperatoire-ce-2001), des antiagrégants plaquettaires (http://www.sfar.org/_docs/articles/38-art38_aapconfexp.pdf)… et l’actualisation des connaissances.
 

Comment prescrire pour l’hospitalisation ?


« La prescription est un acte médical. Elle doit comporter à ce titre : l’identité du patient, son âge, son poids, la date, l’identité du prescripteur et sa signature, la dénomination du médicament, la posologie et le mode d’administration, la durée de traitement ». Ainsi, la mention « reprise » ou « poursuite du traitement habituel » en se référant à une ordonnance est proscrite, car elle ne respecte pas les impératifs précités.
« La retranscription des prescriptions n'est pas autorisée ». La retranscription est entendue comme une copie de l’ordonnance se substituant à une prescription médicale. Cela la différencie de la saisie du traitement avec nécessité d’une validation médicale.
Pour diminuer le risque d’erreur d’administration, il est conseillé que le support informatique ou papier utilisé pour saisir la prescription soit le même que le support utilisé pour saisir l’administration.
 

Dispensation des traitements habituels


L’utilisation des médicaments apportés par le patient n’est possible qu’en cas d’urgence ou de non-disponibilité par la pharmacie de l’établissement, afin de ne pas rompre la continuité des soins, sous réserve qu’ils aient été prescrits et que l’on s’assure de la traçabilité de leur administration. Tout le traitement personnel habituel pris par le patient au cours d’un séjour hospitalier est inclus dans le forfait de séjour. Il ne peut être ni à la charge du patient, ni à celle de l’Assurance Maladie.
Quoiqu’il en soit, « il ne devra être mis ou laissé à la disposition des patients aucun médicament en dehors de ceux qui leur auront été prescrits dans l'établissement ». L’administration des médicaments doit être réalisée par l’infirmière. L’aide-soignant(e), sous sa responsabilité, peut aider à la prise de médicaments non injectables (Article R. 4312-14 et Article R. 4311-4 du CSP).
 

Prescription informatisée


« La prescription peut être rédigée, conservée et transmise de manière informatisée sous réserve qu'elle soit identifiée et authentifiée par une signature électronique et que son édition sur papier soit possible ».
L’outil informatique permet de procéder à la validation médicale d’une prescription inscrite par un tiers sur un logiciel par l’apposition d’une signature électronique d’un prescripteur habilité, sous réserve que cette validation soit uniquement accessible par l’intermédiaire d’un code incessible. Tout logiciel qui ne respecterait pas cette procédure est à proscrire.
 

Ordonnance de sortie


Lors de la sortie ou des transferts il est nécessaire de tenir compte des prescriptions établies pendant l’hospitalisation. La répartition des prescriptions de sortie doit également faire l’objet d’un accord entre les praticiens en charge du patient. Il est nécessaire d’établir une coordination efficace avec les professionnels de ville.

Comité vie professionnnel  Président Pr Marc LAFFON

 

3- compte rendu de la journée sur le péri opératoire organisée par Arres et Asspro en présence des OA de chirurgie , d’ARéa , d’avocats spécialisés et de la HAS le 24 octobre 2015

http://data.axmag.com/data/201603/20160307/U144946_F373698/FLASH/index.html

 

4 - Points-clés et Solutions pour la sécurité du patient
Anesthésistes-Réanimateurs et Chirurgiens :
Mieux travailler en équipe. Novembre 2015
http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2587220/fr/cooperation-entre-anesthesistes-reanimateurs-et-chirurgiens-mieux-travailler-en-equipe

 

 

 


Êtes-vous favorable à la signature du texte conventionnel proposé aux syndicats, véritable prolongement contractuel de la Loi Santé ?

Oui
Non
NSP

Voir le résultat

Installation
Cession
Demande de remplacement
Offre de remplacement
Divers

Copyright © 2011 SNARF | conception web : OGM Interactive